Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

Une rupture d'un ligament croisé du genou engendre des modifications au niveau du cerveau

Dernière mise à jour : 14 avr. 2020


Plus qu'une blessure au genou : la rupture d'un ligament croisé antérieur engendre des modifications importantes dans le cerveau


" Il est connu que certaines fonctions articulaires soient perdues de façon permanente et notamment après une reconstruction d’un ligament croisé antérieur du genou, et les re-blessures sont fréquentes même avec une physiothérapie intensive, mais on ne sait pas pourquoi."

a déclaré Lindsey Lepley.


Des nouvelles recherches de l'University of Michigan School of Kinesiology montrent des changements structurels dans le cerveau des patients qui ont subi une reconstruction du ligament croisé antérieur du genou. Ces changements entravent la #récupération et peuvent contribuer à des déficits de #performance et à de nouvelles #blessures, explique le co-auteur de l'étude Lindsey Lepley, U-M assistant professor of athletic training.


Lindsey Lepley et son collègue Adam, professeur adjoint de clinique de l'entraînement sportif, ont effectué des examens, des IRM du cerveau de 10 patients à qui on a reconstruit un ligament croisé antérieur du #genou. Les scanners ont montré qu'une partie du tractus cortico-spinal, la voie qui transmettait les messages du cerveau aux muscles s'était atrophiée chez les patients. Le tractus cortico-spinal s'étend de l'avant vers l'arrière à travers les deux hémisphères du cerveau. Le côté du tractus qui contrôle le genou où l’on a reconstruit le ligament croisé antérieur était environ 15% plus petit que le côté non blessé, selon les chercheurs.


" Considérez le tractus corticospinal modifié comme un tunnel de circulation qui se rétrécit, laissant passer moins de voitures... Chez des patients à qui on a reconstruit un ligament croisé antérieur du genou, il y a moins d'informations qui sont transmises du #cerveau aux #muscles car moins d'informations peuvent se déplacer le long des voies les plus petites…"


" En substance, le cerveau modifie non seulement la façon dont il communique avec le reste du corps, les #articulations, les #muscles, etc., mais la composition structurelle des éléments de base du #cerveau est également modifiée après une lésion du ligament croisé antérieur du genou."

" Nous pensons qu'il s'agit d'un mécanisme de protection, dans lequel notre corps essaie de limiter les mouvements indésirables autour d'une blessure articulaire ... et peut être appliqué non seulement aux blessures du ligament croisé antérieur du genou, mais aussi à d'autres blessures musculo-squelettiques."

a déclaré Adam Lepley.


Une autre étude récente montre que l'activité neuronale en aval dans les quadriceps est altérée lors de mouvements de type sportif après une chirurgie du ligament croisé antérieur du genou, ce qui suggère qu'une mauvaise structure cérébrale et une mauvaise communication peuvent entraîner une réduction du fonctionnement, selon les chercheurs.


L'essentiel pour les patients et les cliniciens est qu'une blessure au #genou ne concerne pas seulement les genoux mais d'autres zones, comme la structure du cerveau qui sont également affectés négativement.


"Cela signifie que pendant le #traitement, une approche systémique doit être adoptée non seulement pour améliorer l'amplitude des mouvements ou l'œdème de l'articulation lésée, mais également prendre en compte d'autres déficiences comme de mauvais schémas de mouvement et l'activation musculaire afin d'obtenir de meilleurs résultats"
"Il existe des preuves que l'utilisation de la rééducation visuelle, de différentes modalités d'apprentissage moteur comme la concentration externe de l'attention et le biofeedback peuvent aider à "recâbler" le cerveau pour aider le corps à s'adapter à une nouvelle normalité."

a déclaré Lindsey Lepley.


Structure et excitabilité du tractus corticospinal chez les patients ayant une reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA) :

une étude avec imagerie du tenseur de diffusion (DTI) et stimulation magnétique transcrânienne (TMS)


Des facteurs neuronaux sous-jacents contribuent à de mauvais résultats après la reconstruction du ligament croisé antérieur (ACLR) du genou. Des adaptations neurophysiologiques ont été identifiées dans l'excitabilité du tractus cortico-spinal, cependant des preuves limitées existent sur les changements neuro-structurels qui peuvent influencer la récupération motrice chez les patients après la reconstruction du ligament croisé antérieur du genou.


Objectif


1) Quantifier les différences hémisphériques dans les propriétés structurales du tractus corticospinal chez les patients ayant des antécédents de reconstruction du ligament croisé antérieur du genou

2) Evaluer la relation entre l'excitabilité et la structure du tractus cortico-spinal.


Méthode