• Cabinet de TOMBEUR

L'évolution des fascias a permis à l'homme de survivre


Le développement du système fascial et ses adaptations ont permis d'augmenter la survie et le succès de l'Homo sapiens...

Phylogénétique du système fascial


Le système fascial, en raison de son énorme capacité à connecter tous les autres systèmes corporels, est actuellement mis en avant pour une meilleure compréhension de la vie et de la santé humaines. La théorie évolutionniste est l'explication la plus acceptée aujourd'hui pour décrire le développement de cette énorme variété de vie sur notre planète. Le rapport présente la phylogenèse à travers les yeux du système fascial. Le développement du système fascial et ses adaptations ont permis d'augmenter la survie et le succès de l'Homo sapiens. Nous présentons une contextualisation historique de la théorie évolutive suivie des principaux changements dans les fascias en mouvement, dans les diaphragmes transverses, les fascias viscéraux, le derme, les tissus sous-cutanés et les #fascias neuraux. L'article présente la perspective évolutive avec l'augmentation résultante de l'efficacité avec moins de dépense énergétique.


Mots clés : #fasciathérapie, #fasciathérapeute, #fascia, #muscle #tendons #ostéopathie


Introduction et contexte


Charles Darwin, avec Alfred Wallace, a proposé que tous les individus proviennent d'un seul ancêtre. Dans son livre, Sur l'origine des espèces, publié en 1858, Darwin a impacté la société de l'époque en présentant la théorie de la sélection naturelle [ 1 ]. Avec l'avancement de la technologie, certains principes de cette théorie ont subi des changements. La révolution génétique a également apporté de nouveaux concepts et informations sur la théorie évolutionniste.


Cependant, en raison de son importance dans le domaine de la science de l'évolution, Darwin est considéré comme le «père de l'évolution». Selon Douglas Theobald, dans un ouvrage publié en 2010, la probabilité que tous les êtres vivants aient un seul ancêtre commun est 102 860 fois supérieure à la possibilité que la diversité biologique ait présenté des voies indépendantes [ 2 ]. Par conséquent, l'hypothèse évolutive a un poids énorme dans la compréhension de la façon dont nous, Homo sapiens, sommes devenus l'espèce la plus adaptée sur la planète Terre.


La sélection naturelle est un processus composé de trois phénomènes communs :


1) Principe de variation: chaque organisme diffère des autres de la même espèce.


2) L'hérédité génétique: certaines variations présentes dans toutes les populations sont héritées, transmises génétiquement des parents à leurs enfants.


3) Succès de reproduction différentiel : tous les organismes, y compris les humains, diffèrent par le nombre de descendants qu'ils produisent, qui survivent pour se reproduire.


Les modifications génétiques chez les individus d'une espèce qui génèrent des avantages de survie augmentent les chances de reproduction et, par conséquent, génèrent des descendants plus adaptés. Le processus évolutif est principalement stimulé en période de pénurie. Ces avantages transmis aux descendants et ajoutés à d'autres acquisitions sur plusieurs générations sont transmis à un groupe croissant d'individus qui, à un moment donné, ne sont plus en mesure de se reproduire avec les individus de l'ancienne population. A ce moment, une nouvelle espèce apparaît [ 3 ].


Les préceptes de base pour la vie seront toujours pris en considération pour guider notre discussion : plus la dépense énergétique est faible, plus les chances de survie sont grandes (moins de charge allostatique).


Pour rendre cela possible, plusieurs événements adaptatifs se sont produits dans tous les systèmes tout au long de l'évolution des espèces. Peu de travaux publiés ont exploré le système fascial dans une perspective évolutive. Le but de cet article est de comprendre l'importance de ce système dans l'interaction avec tous les systèmes du corps et, en même temps, de former un lien entre toutes les structures.


La définition actuelle du système fascial selon la Fascia Research Society est la suivante :


« le système fascial consiste en un continuum tridimensionnel de tissus conjonctifs fibreux mous, contenant du collagène, lâches et denses qui imprègnent le corps. Il incorpore des éléments tels que le tissu adipeux, l'adventice et les gaines neurovasculaires, les aponévroses, les fascias profonds et superficiels, l'épinèvre, les capsules articulaires, les ligaments, les membranes, les méninges, les expansions myofasciales, périoste, rétinacula, septa, tendons, fascias viscéraux et tous les tissus conjonctifs intramusculaires et intermusculaires, y compris l'endo- / péri / épimysium. Le système fascial entoure, s'entrelace entre et interpénètre tous les organes, muscles, os et fibres nerveuses, dotant le corps d'une structure fonctionnelle et offrant un environnement qui permet à tous les systèmes corporels de fonctionner de manière intégrée »[4].

La connaissance de la phylogenèse du système fascial permettrait une évaluation et une intervention plus productives dans la promotion de la santé de l'individu. Bien qu'indivisible, nous utiliserons une segmentation organisationnelle didactique utilisée dans plusieurs publications.


Nous allons diviser cela en quatre thèmes principaux :


- les fascias du mouvement,

- les fascias viscéraux,

- les fascias superficiels

- et les fascias neuraux.


Contexte historique


Une étape majeure de l'évolution pour les sapiens a été l'utilisation de la position bipède pour la locomotion [ 5]. Il existe des preuves solides pour montrer que cette avancée a été initiée à une époque de changements majeurs sur notre planète. Les estimations indiquent qu'il y a cinq à huit millions d'années, un changement climatique majeur a affecté la Terre.


En Afrique de l'Est, une région riche en forêts, une grande période de refroidissement a changé la disponibilité des ressources naturelles. Jusque-là, une grande abondance de fruits et de nourriture était disponible dans ces forêts. Ce changement climatique a modifié toute la structure environnementale locale, y compris la réduction des ressources alimentaires naturelles pour la grande diversité des espèces qui habitaient cette région. Il y avait une mortalité élevée de plusieurs espèces. Poussées par l'instinct de survie, plusieurs espèces d'animaux ont quitté leur milieu naturel pour chercher des ressources dans d'autres régions. Plusieurs de ces espèces sont parties à la recherche d'un autre endroit qui offrirait une plus grande chance de survie. Certaines espèces d'animaux ont atteint la savane africaine. L'accent sera mis sur le genre Homo pour rechercher des relations avec notre évolution.


Dans un environnement plus rare, la dépense énergétique pour la locomotion à la recherche de nourriture devient un facteur important de sélection naturelle. Certains individus du genre Homo ont commencé à se déplacer dans une position bipède, bien sûr pas avec la même compétence que la nôtre.


Les mesures de la dépense énergétique montrent que la position bipède consomme en fait environ quatre fois moins d'énergie que la position quadrupède chez les individus de même poids [ 6 ]. Les personnes qui ont pu parcourir de longues distances en utilisant moins d'énergie ont peut-être obtenu plus de nourriture et augmenté leurs chances de survie. De plusieurs générations influencées par la sélection naturelle, une nouvelle espèce d'individus est née, nos cousins ​​en commun avec les chimpanzés, les Australopithèques, les premiers à utiliser la position bipède la plupart du temps [ 7]. Cependant, ils présentaient de grandes difficultés telles que des pieds très plats, des pattes courtes et une forme de cage thoracique encore très similaire à celle du chimpanzé. La démarche avait encore une forte inclinaison latérale, exigeant une dépense énergétique élevée par rapport à la démarche humaine, mais déjà beaucoup plus petite que celle d'un chimpanzé [ 6 ]. Ces événements apportent une compréhension historique pour comprendre nos adaptations phylogénétiques. Les chimpanzés sont nos plus proches « cousins » vivants, avec lesquels nous partageons plus de 98% de notre code génétique [ 8 ]. A partir de là, nous allons générer une comparaison par rapport aux fascias du mouvement afin de comprendre nos avantages.


Les fascias du mouvement


Plusieurs modifications musculo-squelettiques ont été nécessaires pour s'adapter à la position bipède. Modifications squelettiques telles que modifications de la forme des os du pied, fémur avec valgus élargi, élargissement du bassin, présence d'une taille et apparition d'une autre vertèbre lombaire (Figure1). L'organisation de la #colonne #vertébrale dans un système de courbure avec un motif compensatoire inversé était fondamentale pour changer l'axe gravitationnel en position bipède [ 9 ].

Figure 1 Phylogénétique des fascias du mouvement1: fascia plantaire; 2: tendon d'Achille; 3: bande iliotibiale; 4: fascia thoraco-lombaire; 5 ligament nucal


Nous présentons un arc plantaire associé à un #fascia #plantaire extrêmement efficace pour transmettre la force vis-à-vis des chimpanzés. Lorsque nous marchons, courons ou sautons, le fascia plantaire profite de la force de réaction du sol et la transmet vers le haut par les tendons d'Achille [ 10 ]. En comparant la taille du tendon d'Achille humain à celle du chimpanzé, nous avons observé un tendon beaucoup plus gros (Figure1).1. Il est formé par les expansions fasciales des muscles soléaire, gastrocnémien et plantaire [ 11 ]. Chez l'homme, le muscle plantaire devient moins fonctionnel et, dans certains cas, il n'est pas du tout présent. Appelé aussi tendon triceps sural, il présente une continuité avec la couche postérieure du fascia crural (Syn. anc. aponévrose jambière)[ 12 ]. En atteignant le genou, un centre sophistiqué d'interaction fasciale, formé par les rétinacula, les tendons et les ligaments, il transmet la tension et module le système de soutien, en particulier dans la phase de marche à une jambe.


Une incroyable variation de bourses synoviales qui s'interconnectent, permettant une grande efficacité dans la protection de l'articulation et la propagation de l'énergie cinétique qui se propage à travers tout le fascia lata, a été formée par tous les fascia de la cuisse [ 12 ]. La partie latérale de la cuisse est formée par un septum fibreux, le tractus ilio-tibial, vu uniquement chez Homo sapiens, qui laisse la partie latérale du tibia à travers le fémur, où il est en continuité avec le fascia du grand fessier, gluteus medius, et tenseur du fascia lata(Figure 1). Le tractus ilio-tibial combiné dans sa relation positionnelle avec le fascia fessier a permis de réduire l'inclinaison latérale du tronc en appuie sur une seule jambe [ 13 ]. Le fascia fessier s'insère par le haut dans le fascia thoraco-lombaire, poursuivant le chemin de la transmission de force. Le fascia thoraco-lombaire permet la stabilisation de la colonne vertébrale, le contrôle du centre de gravité et le synchronisme entre la ceinture pelvienne et scapulaire [ 14 ]. Le fascia thoraco-lombaire est formé par la rencontre des fascias des muscles abdominaux avec ceux de la hanche avec la partie postérieure du torse. Son organisation dans l'espèce humaine est si complexe que nous n'avons pas de classification anatomique uniforme. Nous adopterons le modèle à deux couches mentionné par Willard et al. en 2012.


Nous avons une couche antérieure et une couche postérieure. La partie postérieure est subdivisée en deux compartiments du processus transverse des vertèbres lombaires : la couche la plus superficielle de la partie postérieure, qui est formée par le fascia du grand fessier avec le fascia du latissimus dorsi inverse, agissant sur le contrôle de mouvement principalement dans les plans frontal et transversal. La partie la plus profonde de la couche postérieure implique les muscles érecteurs de la colonne vertébrale et les muscles segmentaires. Dans la région inférieure, il présente une insertion dans le périoste du sacrum, une continuité avec le ligament sacrotubère, le tendon ischio-jambier et le fascia lata. Supérieurement, il est continu jusqu'à la base du crâne. Cette région du fascia thoraco-lombaire contrôle principalement les mouvements dans le plan sagittal, comme la flexion-extension. Devant le processus transverse, nous avons la couche antérieure du fascia thoraco-lombaire. Cette couche implique les muscles psoas et quadratus lumborum (muscle carré des lombes ou iliopsoas). Ses adaptations permettent un excellent ratio des mouvements accrus du bassin et du tronc, notamment ceux d'extension. Dans le même temps, cette couche a une relation importante avec les organes rétropéritonéaux, principalement le système génito-urinaire et le fascia rénal [16 ]. À la suite du mouvement, l'aponévrose du muscle trapèze est en continuité avec l'aponévrose du grand dorsal, s'insérant en haut dans tout le ligament nucal et également dans l'os occipital [ 12 ]. Le ligament nucal est une jonction fasciale de toutes les couches fasciales postérieures du tronc reliant tous les processus du rachis cervical et les deux premières vertèbres thoraciques [ 17 ]. Ce ligament interfère positivement dans le contrôle des forces de cisaillement et dans la formation de la lordose cervicale générée par le nouvel alignement corporel. Dans la région cervicale supérieure, ce ligament est en continuité avec la dure-mère à la base du crâne [ 18]. Grâce à ce mécanisme et à l'ensemble de la chaîne susmentionnée, nous pouvons supposer que le support à une jambe peut fonctionner comme un moyen de pompage en alternant la tension dans la région de la base du crâne grâce à la connexion du ligament nuchal avec la dure-mère dans cette région . Ce mécanisme favorise éventuellement le maintien du flux veineux à travers le foramen jugulaire, en maintenant la pression intracrânienne stable pendant les activités épuisantes.


La position bipédique nous a permis de libérer nos mains et nos membres supérieurs. C'était important pour nous de développer de grands mouvements de la ceinture scapulaire et des membres. Les fascias des membres supérieurs ont une organisation unique, permettant une large gamme et une diversité de mouvements [ 13 ]. Le membre supérieur est adapté pour travailler dans des mouvements en chaîne cinétique ouverte, différents de la réalité présentée par les quadrupèdes. En conséquence, la fabrication d'outils et le contrôle du feu ont augmenté les chances de survie [ 3 ]. La complexité et l'efficacité des outils ont augmenté à mesure que les compétences et les changements physiques se produisaient. Ceci s'est accompagné d'une grande organisation neurofasciale donnant un raffinement de plus en plus précis aux mouvements distaux du membre supérieur [ 19]. Le poignet a quitté la position de flexion quadrupède pour une grande variété de mouvements, permettant des ajustements pour des mouvements fins [ 3 ]. Une organisation des fascias palmaires en cinq couches indépendantes associée à une forte concentration de récepteurs proprioceptifs dans le rétinacula du poignet donne de la précision aux sapiens [ 20 ].


La libération de la ceinture scapulaire pour les mouvements de chasse, en tant que ressource d'absorption alimentaire, était essentielle pour augmenter l'amplitude des mouvements de l'ensemble du membre supérieur [ 21 ]. Ce gain dans la libération de la taille scapulaire, en plus de la coordination raffinée favorisée par le fascia thoraco-lombaire, a permis une grande efficacité dans la manipulation de la lance. Cet objet permettait de chasser à distance, compensant la vitesse réduite des sapiens et, en même temps, diminuant le risque de combat corporel avec des proies, souvent infiniment plus fortes [ 3]. Lors d'une course, nous avons une grande efficacité de ce système fascial dans l'utilisation de l'énergie.


Les rétinaculums de cheville sont intégrés afin de s'adapter à cette demande, présentant une concentration plus élevée de propriocepteurs par rapport aux primates quadrupèdes. De plus, les compartiments des pieds prennent une configuration différente, abandonnant une fonction de préhension, principalement par l'hallux, pour des mouvements d'extension et de transmission de force afin de propulser le corps vers l'avant comme stratégie de locomotion.


Des études avec des kangourous ont montré une contribution fondamentale du système fascial à l'efficacité du mouvement de locomotion [ 23 ]. Lors de l'étude des humains, la même capacité de transmission de puissance et les mêmes économies d'énergie cinétique démontrées dans les études de marche, de saut et de course ont été prouvées. Kawakami et al., En 2002, ont démontré qu'au moment de courir dans la déformation du système fascial, le composant passif était beaucoup plus gros que le système musculo-squelettique, le composant actif. Même avec de grandes amplitudes articulaires, le mouvement s'est produit avec les muscles se contractant presque de manière isométrique, tandis que le système fascial présentait de grandes déformations, transmettant la force pour les mouvements ultérieurs. Cela génère de grandes économies d'énergie grâce aux voies mécaniques et neuromusculaires [ 10].


Dans une analyse du centre de gravité, lors d'un saut sur des surfaces instables, il a été démontré qu'une grande partie de la correction provenait de la composante passive, générant de grandes économies en diminuant l'utilisation de stratégies neuromusculaires [ 24 ]. Le tractus ilio-tibial stocke environ 7 joules d'énergie élastique par foulée pendant la course, économisant de l'énergie pour les mouvements ultérieurs [ 25 ]. Cela influence également la stratégie de maintien du corps sans grande oscillation dans le support à une jambe, car les corrections d'inclinaisons du corps consomment de l'énergie. L'exécution de mouvements oculaires dans toutes les directions et le maintien d'une indépendance totale de la tête et du cou est une fonctionnalité optimisée chez sapiens [ 26]. En plus des adaptations du système fascial, à travers la capsule Tenon, il y avait un contrôle neuromusculaire avancé associé à des changements dans la structure de l'œil elle-même.


Les diaphragmes


Notre espèce est la seule à avoir cinq structures de tissu conjonctif disposées anatomiquement sous une forme transversale formant les cinq diaphragmes du corps. Ils sont, du crâne au caudal, comme suit : le tentorium cerebelli (tente du cervelet) , la langue (plancher de la bouche), le diaphragme thoracique supérieur, le diaphragme musculaire et le diaphragme pelvien (plancher pelvien) [ 28 ]. Ces structures ont une connexion mécanique et neurale, permettant plusieurs fonctions importantes pour la position bipède. Ils forment des limites de cavités corporelles interdépendantes qui, en même temps, ont besoin d'autonomie pour exécuter diverses fonctions individuelles à des moments différents. Les cinq diaphragmes permettent de contrôler et de synchroniser les pressions intracavitaires, agissant sur la circulation fluidique entre les cavités et également dans l'interstitium du parenchyme viscéral [28 ].


La langue et le plancher de la bouche sont innervés par cinq paires crâniennes qui dirigent leurs informations vers les noyaux du tronc cérébral [ 29 ]. Mécaniquement, il a une continuité avec tous les fascias du tube digestif et des voies respiratoires, atteignant la base du crâne où il devient continu avec la dure-mère [ 30 ]. Le diaphragme thoracique supérieur est formé par la partie supérieure du fascia endothoracique et la jonction de la plèvre pariétale avec la couche profonde du fascia profond. Il est innervé par les nerfs spinaux sympathiques. Les nouvelles relations positionnelles de la clavicule, de l'omoplate et de l'épaule ont favorisé des adaptations majeures. Ce n'est que chez les sapiens que la jonction entre un fascia de mouvement et un fascia viscéral se produit, formant le fascia endothoracique [ 31 ].


Le muscle #diaphragme chez les quadrupèdes aide au mouvement de la latéralité du torse en locomotion. Chez les sapiens, il joue un rôle important dans la synchronisation avec le diaphragme pelvien, contrôlant les mouvements du membre inférieur par la connexion avec le muscle psoas, dans la nouvelle position, à travers le ligament arqué médial [ 32 ]. La partie lombaire aide à stabiliser la région #lombaire, en particulier dans la seconde moitié de l'expiration forcée [ 33 ]. Chez les quadrupèdes, le diaphragme a une relation limitée avec le #péricarde et le cœur. Chez les bipèdes, il commence à assumer un rôle important de soutien, avec une plus grande influence sur les performances cardiaques. Il joue également un rôle important dans la tension du pharynx et du larynx, participant à des événements tels que la parole et les vomissements [ 34]. L'action du contrôle du reflux par le diaphragme est renforcée en position bipède. Le diaphragme pelvien est formé par les muscles et les fascias: ilium, ischion et pubococcygeus, le fascia piriforme et le fascia obturateur étant innervés par les nerfs sacrés [ 12 ]. Les noyaux du tronc cérébral coordonnent des réflexes constants de synchronisme, cherchant à orchestrer l'optimisation du fonctionnement du corps [ 28 ]. Lors de la séance des fascias crâniens, nous détaillerons davantage la tente du cervelet.

Fascias viscéraux


Les deux systèmes qui consomment le plus d'énergie dans l'organisme sont le digestif et le cérébral [ 3 ]. Le système digestif primitif dépense beaucoup d'énergie pour décomposer les aliments et les rendre utilisables pour le corps. En utilisant des stratégies telles que la fermentation, les mammifères inférieurs et même les primates ont des organes tels que le gros intestin volumineux (Figure(Figure2).2). Une organisation fasciale viscérale est automatiquement adaptée aux nouvelles exigences digestives [ 31 ].

Les effets de l'expérience de nos ancêtres sur l'environnement de la savane africaine ont entraîné des changements viscéraux majeurs. Avec les pénuries alimentaires, une grande diversité de nouveaux aliments a été incorporée à l'alimentation. Les racines sont devenues un aliment potentiel avec beaucoup de nutriments importants [ 21 ]. Dans le même temps, une augmentation de la masse musculaire masticatoire et, automatiquement, un épaississement des fascias respectifs de ces muscles sont venus à la suite de la nouvelle demande. Le tissu conjonctif qui forme les structures musculo-squelettiques sur le visage des mammifères se développe à partir de la croissance du système digestif. Le développement de l'intestin antérieur libère des facteurs géniques responsables de l'attraction des cellules de la crête neurale pour former la partie du tissu conjonctif de cette région [ 35]. En réponse à la demande, les individus génétiquement plus forts dans leur mastication ont présenté un avantage évolutif. Ceci se traduit automatiquement par une saillie du maxillaire et de la mandibule et par conséquent une rétraction de la partie frontale du crâne. À mesure que les compétences manuelles évoluent, des outils plus puissants sont fabriqués [ 3 ].


La position bipède a changé toute la relation de positionnement de la colonne vertébrale et des viscères. Avec l'horizontalisation de la base du crâne, il y a un changement dans l'axe d'insertion du fascia buccopharyngé, modifiant le positionnement et le fonctionnement du nasopharynx, du pharynx, de l'os hyoïde et du larynx [ 26 - 30 ]. Cela modifie les relations fonctionnelles dans la production de la parole, modifie les relations spatiales pour le développement de la langue et de l'hyoïde, à la fois dans la fonction digestive et dans l'articulation de plusieurs types de sons différents. La relation entre la langue et l'épiglotte chez les sapiens est différente de celle de tous les autres mammifères. L'espace entre la base de la langue et le palais mou est plus grand chez les sapiens [ 26 ].


Nous avons un larynx plus bas et plus court par rapport aux autres primates. Nos bébés ont un larynx nasal haut, comme la plupart des mammifères adultes, favorisant les échanges gazeux dans les premiers mois de la vie. De plus, les bébés humains ont un degré limité de contrôle neuromusculaire. Le larynx intracrânien diminue le risque d'aspiration de lait ou de salive. Au troisième mois, le larynx est déjà dans une position plus basse. La croissance rapide des arcades mandibulaire et maxillaire associée au développement du crâne et de la base cervicale, associée au développement des systèmes digestif et respiratoire, se traduit par un repositionnement du larynx, situé sous l'hyoïde [ 26]. La couche médiane du fascia cervical profond ainsi que les fascia de la mandibule, le plancher de la bouche et de la langue sont remodelés pour le nouveau positionnement, ainsi que pour les nouvelles fonctions. Une langue plus petite, cependant, ainsi que des mouvements et un système sensoriel et musculaire très efficace ont augmenté la variété des possibilités. La langue est continue avec des fascias viscéraux qui suivent le tube digestif en bas et également en haut de la base du crâne [ 30 ]. Dans cette région, le tissu conjonctif se poursuit avec la dure-mère qui entoure le foramen du passage des vaisseaux qui pénètrent dans le crâne [ 36]. Il a également une continuité avec les fascias viscéraux du tube respiratoire et du larynx, offrant une production sonore extrêmement diversifiée. L'angle entre le nasopharynx et le tube respiratoire est proche de 90 degrés et avec l'acquisition du nez externe tourné vers le bas, associée à une disposition particulière de la conque nasale du nez interne, créant un environnement favorable à l'humidification et au chauffage de l'air, et permettant une plus grande efficacité dans les échanges gazeux au niveau pulmonaire. En même temps, en raison de cette disposition, lors de grands efforts, où la respiration devient plus intense, il y a une augmentation considérable du débit et cela commence à avoir une trajectoire turbulente.26 ].


Au niveau #cervical, nous avons une nouvelle organisation de la couche intermédiaire du fascia profond, également connu sous le nom de fascia prétrachéal. Ce fascia est formé de deux lamelles: la première et la plus superficielle implique les muscles infrahyoïdiens et est importante pour les nouveaux mécanismes du langage et la relation de déglutition de la posture bipède. La lame la plus profonde entoure la thyroïde et la parathyroïde présentant une continuité avec le péricarde, formant les ligaments suspenseurs du péricarde [ 36 ]. Cette structure est importante en raison de la gravité. De plus, la thyroïde a subi d'importants développements pour s'adapter à la nouvelle demande métabolique et son rôle est fondamental dans le rythme circadien. Ses hormones agissent sur le métabolisme et également sur la glande pinéale en influençant le remplacement des tissus dans le corps.


La position bipède a des conséquences importantes sur le développement des fascias viscéraux. Une adaptation phylogénétique très importante chez les sapiens est la modification de la relation entre la plèvre pulmonaire pariétale et les fascias du tronc. Chez les mammifères inférieurs, lorsqu'ils se déplacent à grande vitesse, ils utilisent la stratégie respiratoire toujours liée au positionnement des membres et du thorax. Dans la phase à grande vitesse, lorsqu'ils atteignent l'extension du tronc et la distance maximale des membres, le moment inspiratoire se produit et le moment expiratoire se produit au moment de la flexion du tronc à l'approche des membres [ 3]. Malgré l'efficacité du point de vue vitesse, ce lien respiratoire avec les mouvements musculo-squelettiques empêche la stratégie de halètement, ce qui constitue un mécanisme de refroidissement interne efficace.


En se déplaçant à grande vitesse pendant une longue période, les organes internes surchauffent, provoquant l'effondrement du système. Chez les sapiens, la plèvre pariétale se confond avec le fascia intercostal profond. Cela permet l'indépendance du moment respiratoire avec le mouvement du tronc et des membres. En même temps que les sapiens perdent leur vitesse de jogging, la capacité de courir sur de plus longues distances augmente.


Tout cela s'ajoute aux stratégies de réfrigération favorisées par des changements dans les fascias superficiels et le derme, comme nous le verrons dans la section respective de cet article.


La bipédie a apporté un raffinement aux mouvements des membres supérieurs. En conséquence, la domination du feu et l'amélioration des outils de chasse ont entraîné des changements significatifs dans la chasse et dans les conditions de préparation des aliments. Les gros animaux, les protéines et les graisses animales ont apporté d'importantes subventions énergétiques aux nouvelles demandes. De ce fait, nos ancêtres ont commencé à utiliser beaucoup moins l'appareil de mastication, car la nourriture est devenue beaucoup plus molle [ 3]. Cela a provoqué une diminution de la taille des muscles et des fascias de l'appareil masticatoire. Une rétraction conséquente du viscérocrâne, du maxillaire et de la mandibule a laissé de l'espace pour la région frontale, le neurocrâne, pour évoluer. Les stratégies digestives, telles que la fermentation, sont devenues moins importantes dans le corps. Le gros intestin a diminué sa taille et il y a eu une augmentation de la taille de l'intestin grêle et par conséquent une plus grande zone d'absorption des nutriments [ 38 ]. L'augmentation de la diversité alimentaire a également généré une augmentation du nombre de micro-organismes établissant une relation symbiotique dans l'intestin grêle, car, en plus d'aider à la digestion, ils ont libéré plusieurs substances importantes qui ont agi dans le développement du cerveau [ 39 ]. Avec tout cela, le bilan énergétique a subi des changements majeurs. Moins d'énergie a été dépensée pour la digestion, plus de nutriments ont été absorbés par le système. La région frontale avait maintenant une plus grande possibilité de croissance et l'énergie disponible pour que cela se produise [ 3 ].


Des changements importants sont également survenus dans les fascias viscéraux pelviens. L'action de la gravité en position bipède et l'augmentation de la largeur du bassin ont modifié les relations viscérales, et en particulier des organes et des fascias du petit bassin. L'augmentation du diamètre latéral minimise l'effet de pression de la position bipède [ 3]. En outre, des modifications sont survenues dans les ligaments suspenseurs des organes pelviens. Des changements substantiels se sont produits au niveau du diaphragme pelvien afin de soutenir la demande imposée. A ce moment, une dissipation de force par les mouvements intraviscéraux entre les fascias d'insertion, qui constitue chaque fascial viscéral le plus externe, a pu minimiser les effets gravitationnels. Pour cela, les sapiens ont eu une augmentation du tissu conjonctif lâche et de la graisse intraviscérale. Une augmentation de la taille de l'intestin grêle associée à une position bipède a généré des changements importants dans le mésentère. Le fascia viscéral qui entoure le jéjunum et l'iléon a été ajusté pour s'adapter à une augmentation considérable du réseau vasculaire pour un apport plus important en nutriments [ 31 - 38 ]


Derme et tissu sous-cutané


Le derme et le tissu sous-cutané font partie d'un vaste système fascial qui implique tout le corps [ 4 ]. Des acquisitions majeures dans le derme et le tissu sous-cutané sont devenues fondamentales pour le succès adaptatif des sapiens [ 40 ].


Le derme est la couche située juste en dessous de l'épiderme, participant à la constitution de la peau. Il représente le tissu fascial le plus innervé du corps humain. Il présente des concentrations élevées de récepteurs neuronaux polymodaux primitifs, très simples dans leur constitution physique [ 41 ]. Ces récepteurs sont appelés intercepteurs qui contrôlent les conditions de l'environnement interne du corps, informant le système nerveux central de divers types d'informations, y compris nociceptives [ 42]. La grande évolution des sapiens est la destination de ces informations. Les informations voyagent de la peau à la corne postérieure de la moelle épinière, faisant monter la première synapse vers les centres supérieurs, la destination finale étant le cortex insulaire. Le toucher cutané doux favorise une sensation de plaisir et de bien-être chez les mammifères liée à la convivialité et à l'interaction. Ces interactions sont encore plus fortes chez l'Homo sapiens.


Les êtres humains ont atteint le sommet des interactions sociales, augmentant considérablement les chances de survie. Ce type de sensation favorisé par le toucher léger est également appelé toucher sensuel et favorise également la stimulation des centres supérieurs liés à la sexualité [ 43]. Ces deux acquisitions répondent aux deux lois du principe évolutif: la survie et la reproduction. Ils ont également une grande concentration de récepteurs phylogénétiquement plus évolués, encapsulés, et avec la présence de graisse dans leur composition, tels que Meissner, Merkel, Pacini et Ruffini [ 44 ]. Cela a été très important dans le raffinement proprioceptif et extéroceptif, parvenant à améliorer les relations de positionnement du corps dans l'espace et les perceptions de l'environnement extérieur.


Dans le derme sapiens, il existe en moyenne 5 à 10 millions de glandes sudoripares réparties dans tout le corps et qui constituent un système de refroidissement efficace, ce que nous expliquerons ci-dessous [ 3]. Les primates ont des glandes sudoripares dans des zones spécifiques du corps telles que les pieds, les mains et les organes génitaux. Le tissu sous-cutané est essentiellement composé de deux couches de graisse séparées par une couche de tissu conjonctif lâche, le fascia superficiel lui-même. La couche de graisse la plus superficielle établit une relation directe avec le derme. Il présente un réseau de collagène organisé disposé perpendiculairement à la peau, avec une fonction optimisée en matière d'amortissement des chocs. La couche de graisse la plus profonde a une relation directe avec la couche profonde du fascia profond, qui est la première couche de mouvement. Il présente une organisation du collagène avec une disposition oblique favorisant le glissement entre les couches, atténuant les effets de contraction musculaire et de mouvement des fascias sur les couches les plus superficielles [ 12 ].


La couche de tissu sous-cutané, en plus d'être richement innervée, possède un vaste réseau vasculaire. Environ 70% du réseau lymphatique et veineux du corps se trouve dans ce tissu [ 31]. L'interaction entre ce tissu et le derme favorise un grand avantage de survie pour les sapiens par rapport à tous les autres animaux. Lors d'activités physiques exhaustives ou dans des conditions climatiques très chaudes, comme dans les savanes africaines, une grande quantité de sueur produite par les glandes sudoripares dermiques se répand dans tout le corps, y compris la région de la tête. Lorsque la sueur entre en contact avec l'air, elle refroidit la peau. Cela a un effet rafraîchissant sur la grande circulation sanguine dans les veines superficielles du tissu sous-cutané. Ce sang circule dans tout le corps, refroidissant les organes et aussi le cerveau. Ce mécanisme est essentiel pour maintenir des conditions extrêmes, empêchant le système interne de s'effondrer en raison d'une surchauffe [ 26].


Cet avantage était fondamental pour nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. La course bipède est moins efficace en termes de vitesse que le sprint. Cependant, lorsqu'ils se déplacent à grande vitesse, les quadrupèdes sont incapables d'utiliser leur principal mécanisme de refroidissement, le halètement. En conséquence, nos ancêtres ont chassé des proies jusqu'à ce que leur système s'effondre en raison de la surchauffe. Par conséquent, ils ont été facilement abattus [ 21 ]. Dans la partie cérébrale, il y a eu d'autres adaptations que nous mettrons en évidence dans la section sur l'évolution des fascias crâniens.


Sapiens présente une musculature mimique avec une grande diversité de mouvements, un développement évolutif important pour l'organisation sociale. Dans la région du visage, nous avons une jonction du fascia superficiel avec le fascia de mouvement [ 12 ].


Fascias neuraux


L'avènement de la position bipède a provoqué plusieurs changements dans le système fascial de la tête humaine et de la colonne cervicale, en maintenant l'horizontalité du regard et, en même temps, une stabilité adéquate du crâne et de l'articulation cervicale. Les condyles occipitaux sont conçus pour permettre un très petit mouvement. Des complexes ligamentaires forts sont incorporés dans la région [ 26 ]. Des relations importantes, déjà présentes chez les primates, ont été affinées, comme par exemple la connexion avec la dure-mère à la base du crâne. Le fascia des muscles occipitaux et le ligament nucal ont des insertions directes dans la dure-mère dans le col cervical supérieur [ 45]. Dans la région frontale du crâne, le fascia épicrânien relie la base du crâne à la capsule de Tenon, dans la région orbitale. La capsule de Tenon est en continuité avec la dure-mère crânienne, permettant une coordination mécanique directe entre la base et la région de l'œil [ 27 ]. Ces connexions facilitent le synchronisme et, en même temps, l'indépendance des mouvements de la tête avec les mouvements du globe oculaire. De plus, les sapiens présentent une concentration élevée de récepteurs proprioceptifs dans les fascias musculaires, principalement dans le périmysium des muscles sous-occipitaux [ 46 ]. Cette interaction neurofasciale permet une synchronisation raffinée du contrôle du crâne lors des demandes posturales et des mouvements.

Des études d'analyse du développement de la tête démontrent que le développement de la partie antérieure du cortex, en particulier du cortex frontal, est stimulé par des facteurs géniques libérés du développement du tube digestif [ 35 ]. Il est probable que l'évolution de l'intestin antérieur des sapiens en position bipède ait directement influencé la grande évolution corticale de notre espèce. Cela démontre la difficulté de segmenter les systèmes humains car, en réalité, le développement d'une structure influence directement ou indirectement le développement d'une autre, même s'ils appartiennent à des systèmes différents. Le cortex cérébral montre une énorme croissance chez les sapiens, doublant pratiquement par rapport au chimpanzé (Figure3). Il y a eu une grande croissance du cortex frontal et préfrontal, avec l'acquisition de noyaux, ce qui a permis une capacité d'analyse consciente profonde, une grande capacité d'abstraction, des projections futures et des interactions sociales de plus en plus organisées. Les zones de Broca et Wernicke présentent une forte augmentation de volume par rapport aux primates permettant une grande évolution du langage et du système de communication en général [ 26 - 37 ].

Dans la région antérieure du crâne, la rétraction du crâne viscéral était accompagnée d'une saillie de la région frontale. Cela a favorisé une modification des angles de la synchondrose sphénobasilaire et de l'angle entre l'orbite et la base crânienne (Figure3). Par conséquent, l'organisation des compartiments duraux a également subi des modifications [ 26 ]. Les lignes de tension de la faux du cerveau (ou falx cerebri), formées par la partie supérieure de la dure-mère, ont modifié sa conformation en raison du changement de position de l'ethmoïde et par conséquent de la crista galli, où la faux est insérée. La faux du cerveau converge ensuite vers la protubérance occipitale interne. Chez les mammifères, cette région a une localisation plus postérieure par rapport aux primates en raison du plus grand développement des zones corticales et cérébelleuses et des changements dans le développement de la partie squameuse de l'os occipital [ 47 ]. La région de la protubérance occipitale interne reçoit également l'insertion du cervelet faux, qui divise et organise le cervelet en deux hémisphères à un niveau horizontal. Au niveau horizontal, la modification de l'organisation du sphénoïde favorise une modification du diaphragme de la sella turcica (ou selle turcique, parfois appelée fosse pituitaire ou fosse sphénoïdale ou fosse hypophysaire), qui représente l'une des parties formées par l'invagination de la dure-mère méningée, où se trouve l'hypophyse. Le tentorium cerebelli (ou la tente du cervelet) représente la quatrième organisation durale [ 34].


Il présente une disposition horizontale se fixant latéralement sur les crêtes pétreuses du temporal, auparavant sur les ailes inférieures du sphénoïde, plus précisément dans les processus clinoïdes antérieurs. Il suit en arrière le bord de la fosse crânienne postérieure bilatéralement, se rejoignant dans la protubérance occipitale interne, à la frontière entre la partie endochondrale et la partie intramembraneuse de l'os occipital. Sa structure est fortement modifiée chez les sapiens pour supporter la forte augmentation du poids cortical en conjonction avec le changement du centre de gravité. Une partie de cet appui est donnée par les autres parties de la dure-mère qui présentent une continuité, répartissant les contraintes sur tous les piliers grâce à l'organisation de fibres de collagène formant des bandes durales de transmission de force [ 18 ].

La dure-mère participe activement à la régulation de l'ossification des os à l'apex de la tête. La région des sutures sagittales et coronales est celle où la plus grande croissance se produit chez les sapiens. La dura mater agit comme un médiateur dans la relation entre une croissance cérébrale très élevée et le développement rapide des os de la voûte crânienne [ 47 ]. Cette adaptation durale a permis une plus grande efficacité dans la forme et la fonction des sinus veineux. La confluence des sinus est devenue plus supérieure, avec le sinus droit, augmentant l'efficacité du système de drainage crânien du cerveau [ 48 ].

Au niveau périphérique, avec l'augmentation de la possibilité de mouvement, les interfaces mécaniques entre les nerfs périphériques et les tissus vers lesquels ils passent ont également subi des modifications. Le mésonèvre, constitué de tissu conjonctif lâche, est renforcé dans les endroits de plus grande mobilité. Un plus grand nombre de récepteurs et des récepteurs plus spécifiques ont été incorporés, principalement dans le tissu articulaire, pour organiser des mouvements et des lignes de tension de plus en plus complexes. Au niveau médullaire, des processus de modulation de plus en plus sophistiqués généraient plusieurs ajustements du système conjonctif sans la participation du cortex [ 19 ].

Au niveau du tronc cérébral, le contrôle synchronisé entre les systèmes corporels a été incorporé en plus de la possibilité d'actions isolées de divers systèmes, augmentant considérablement la possibilité de fonctionnement par contrôle périphérique [ 19 ]. À ce niveau, les réactions de modulation ont été améliorées, empêchant diverses informations d'être traitées par le cerveau, générant ainsi de grandes économies d'énergie. Une grande évolution des noyaux neuronaux tels que le noyau ambigu a permis une plus grande possibilité d'expressions faciales, ainsi que le contrôle des mouvements cervicaux et le raffinement du contrôle de la pression. Ce noyau coordonne les informations concernant les nerfs: vague, accessoire rachidien, glossopharyngien et facial [ 49]. Le cervelet contient environ 80% des corps neuronaux du cerveau, affinant le contrôle et la coordination motrice, aidant à affiner les mouvements existants en même temps et permettant l'exécution de mouvements de plus en plus complexes [ 50 ].

Les ligaments entre la moelle et le canal médullaire ont été remodelés en fonction de la nouvelle demande. Les courbures de la colonne vertébrale ont modifié les relations de la moelle et des méninges avec le canal médullaire. Des adaptations des ligaments antérieurs, tels que le jaune et le longitudinal antérieur, étaient nécessaires afin de permettre une augmentation de la mobilité de la colonne vertébrale, en particulier dans le mouvement d'extension. Au niveau crânien, des changements majeurs se sont produits permettant des adaptations pour la croissance corticale et l'organisation des zones cérébrales. Bien que la région de la base du crâne soit considérée comme plus ancienne d'un point de vue phylogénétique, l'horizontalisation du foramen magnum a considérablement changé les relations méningées de la région, offrant une organisation qui favorise la stabilité et la fonctionnalité dans la transition cervicale élevée et ampoule cérébrale.


Conclusion


Le système fascial, en raison de sa fonction d'interconnexion de tous les systèmes du corps, a une grande importance dans le mécanisme de fonctionnement et d'économie d'énergie. Comprendre l'évolution phylogénétique de ce système permet d'élargir les possibilités d'identification des zones dysfonctionnelles responsables de l'augmentation de la dépense énergétique conduisant à une augmentation de la charge allostatique et, par conséquent, à la prise en charge de pathologies. La connaissance évolutive du système fascial nous permet de concevoir des conduites afin d'optimiser les caractéristiques qui font de l'homme l'espèce la plus adaptée de la planète. Nous espérons que cette étude incitera les chercheurs à chercher de plus amples éclaircissements sur les processus évolutifs du système fascial, compte tenu notamment de la rareté des publications sur le sujet.


Vieira L. Phylogenetics of the Fascial System. Cureus. 2020 Oct 4;12(10):e10787. doi: 10.7759/cureus.10787. PMID: 33154854; PMCID: PMC7606207.

Posts récents

Voir tout