Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

Fasciathérapie : rôle des fascias dans les lombalgies non spécifiques

Dernière mise à jour : janv. 8


Fasciathérapie : rôle des fascias dans les lombalgies non spécifiques | De plus en plus de recherches mettent en évidence comment le fascia thoracolombaire est impliqué dans la lombalgie non spécifique. De plus, des études récentes en anatomie ont montré la présence d'une continuité entre le fascia thoracolombaire et le fascia profond des membres ; mais en réalité, un dysfonctionnement du fascia thoracolombaire ou du tissu myofascial étroitement contigu est généralement reconnu comme une cause possible de lombalgie non spécifique. Cinq patients parmi souffrants de lombalgie non spécifique ont été manipulés uniquement sur les zones fasciales douloureuses à la palpation, et situées dans d'autres parties du corps que la zone lombaire.



Chaque patient a signalé une réduction cliniquement significative des symptômes douloureux (différence de score ≥ 2 sur l'échelle numérique de la douleur) après la manipulation. Un dysfonctionnement du tissu myofascial qui n'est pas étroitement contigu à la zone symptomatique est alors suggéré à prendre en considération parmi les causes de lombalgies non spécifiques.



La lombalgie non spécifique a une étiologie multifactorielle. La littérature actuelle ne soutient pas une cause définitive des premiers épisodes de lombalgie. D'un point de vue patho-anatomique, toute structure innervée de la colonne lombaire peut provoquer des symptômes de #lombalgie.


Les structures potentielles sont :


- les muscles,

- les #ligaments,

- la dure-mère et les racines #nerveuses,

- les #articulations zygapophysaires,

- une fibrose annulaire,

- les #vertèbres

- et le fascia thoracolombaire.


À partir de 1939, le fascia profond est reconnu comme l'un des tissus responsables de la lombalgie. En particulier, parmi les tissus profonds de la région lombaire, le fascia thoracolombaire est le plus sensible à la stimulation chimique. Ainsi, une contribution principale à l'augmentation des lombalgies non spécifiques lui a été attribuée.


De nombreuses terminaisons nerveuses libres et capsulées, y compris les corpuscules de Pacini (appelés également corpuscules de Vater-Pacini) et de Ruffini des #mécanorécepteurs (organes sensoriels) encapsulés du tissu de connectivité sous-cutané, ont été trouvées dans le fascia thoracolombaire.


De plus, ils sont étroitement liés aux fibres de collagène environnantes et au stroma fibreux dont est fait le fascia. Cette innervation n'est pas homogène. Elle diffère selon la couche. Un plus grand nombre de terminaisons #nerveuses sensorielles, vraisemblablement également nociceptives, a été trouvé dans la couche superficielle de la lame postérieure du fascia thoracolombaire. L'injection de facteurs de croissance dans le fascia d'un muscle érecteur spinal (#rachis) au niveau lombaire provoque une sensibilisation de la couches profondes des tissus à la pression et à la stimulation chimique avec une solution acide d'une durée supérieure à deux semaines.


De ​​plus, après avoir été sensibilisées, ces terminaisons nerveuses libres seront de plus en plus stimulées lorsque le #fascia est tendu par la contraction des #muscles. Une couche d'acide hyaluronique produite par des fibroblastes spécialisés, appelés « fasciacytes », a été identifiée dans le tissu conjonctif lâche, placée parmi les couches du fascia profond, et entre le même fascia profond et le tissu musculaire.


Cette couche aide plusieurs couches fasciales au glissement, mais cela serait compromis en cas d'altération de la densité de la couche créant des tensions anormales en leur sein. A noter, une diminution moyenne de 20% de la déformation du fascia #thoraco-#lombaire lors de la #flexion lombaire passive a été détectée chez des patients atteints de lombalgie chronique non spécifique par rapport à des sujets sains, soulignant comment la même lombalgie peut être causée par une altération de son tissu conjonctif intrinsèque.


Néanmoins, aucun traitement ayant pour cible le tissu #myofascial n'est mentionné dans les dernières lignes directrices concernant les lombalgies. De plus, dans les cas concernant le tissu fascial, un dysfonctionnement uniquement du fascia thoraco-lombaire ou du tissu myofascial étroitement contigu est généralement reconnu, pas un dysfonctionnement de l'ensemble du tissu fascial anatomiquement connecté.



Des études récentes en #anatomie ont montré la présence d'une continuité entre le fascia thoracolombaire et le fascia profond des membres.Selon ces études, la lame postérieure du fascia thoracolombaire continue distalement avec le fascia #fessier et le fascia #lata, tandis qu'il incorpore le #trapèze et le latissimus dorsi (muscle grand #dorsal) proximalement. Il présente alors une expansion myofasciale plus distale au sein du fascia brachial.


Plusieurs extensions myofasciales plus distales garantissent une continuité anatomique jusqu'aux #mains et aux #pieds. Cette collection de cas cliniques découle de l'hypothèse que, dans le cas de lombalgies non spécifiques, la sensation de #douleur au niveau lombaire pourrait être causée par une altération du tissu fascial placé dans une région du corps différente de celle du lombaire. zone et ses environs. Cette région pourrait être les membres, selon l'interprétation de la Fascial Manipulation et à la lumière des connaissances actuelles concernant l'anatomie et l'histologie fasciales.

Discussion de l'étude :


Les résultats obtenus nous font supposer qu'une altération du tissu myofascial pourrait jouer un rôle dans l'étiologie des #lombalgies