Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

La fasciathérapie en prévention des entorses de cheville | Cabinet de TOMBEUR

Dernière mise à jour : janv. 8


Le système de surveillance des blessures de l’America National Collegiate Athletic Association (NCAA) a examiné le type de blessures résultant de la pratique de quinze sports, les #entorses de la #cheville étant le type de #blessure le plus fréquent.


Les activités associées à un risque élevé de blessure à la cheville comprenaient des sports d'équipe pratiqués sur un terrain en plein air ou à l'intérieur où le jeu impliquait (Janssen, 2016; Attenborough et al., 2014) :


- des contacts,

- des sauts

- et des changements de direction .

Le taux le plus élevé d'entorses se produit principalement dans le #football avec une moyenne calculée de 61% des joueurs affectés (Fong et al., 2007; Ekstrand et Tropp, 1990; Walls et al., 2016). 19% des blessures à la cheville sont récurrentes avec 61% des #footballeurs présentant plus d'une #torsion de cheville (Kofotolis et al 2007, 2007).

Ce type de blessure est responsable d'un nombre important de jours d'absence d'activités sportives (Bahr et Reeser, 2003; Fernandez et al., 2007). Environ un tiers des coûts totaux liés aux blessures sportives sont causés par un #traumatisme à la cheville (Verhagen et al., 2000), la cheville étant la zone du corps la plus souvent blessée (Ekstrand et Tropp, 1990).

Aux Pays-Bas, on estime que 1,5 million de blessures sportives aiguës surviennent chaque année dans une population sportive de 7 950 000 #athlètes (Schmikli et al., 2009) (Schmikli et al., 2009). Dans une autre étude, un total de 120 000 entorses de la cheville a été enregistrées, dont 43 000 (36%) ont nécessité un #traitement médical pour un coût annuel estimé à 43 200 000 V (Verhagen et al., 2005), mettant en évidence la charge financière de cette affection sur les soins de santé. dans le monde entier.

Des preuves solides suggèrent qu'après une première entorse de la cheville, les sportifs ont 2x plus de risques de faire une nouvelle entorse la même année.

Il existe des preuves solides qu'après une première entorse de la cheville, les athlètes courent un double risque de subir une autre entorse, en particulier au cours de la première année suivant un traumatisme (Fernandez et al., 2007; Bahr et Bahr, 1997; Ekstrand et Tropp, 1990; Milgrom et al., 1991; Verhagen et al., 2004).

Même si les symptômes aigus d'une entorse disparaissent rapidement, entre 20 et 50% des patients signalent des problèmes persistants tels que la #douleur et une #instabilité (Ekstrand et Tropp, 1990; Guillo et al., 2013).

Gerber et al. (1998) indiquent qu’entre 30% et 40% des patients ayant des antécédents d'entorse de la cheville rapportent des entorses récurrentes ou des symptômes résiduels d'instabilité (Verhagen et al., 1995; Schaap et al., 1989).

Une revue Cochrane indique que jusqu'à 20% des individus développeront une instabilité chronique de la cheville (IAO) secondaire à une entorse initiale (De Vries et al., 2011).

Les symptômes les plus couramment rencontrés avec instabilité chronique de la cheville comprennent :

- sensation de la cheville « céder » (Trevino et al., 1994; Konradsen et al., 2002; Liu et Jason) - instabilité mécanique (Konradsen et al., 2002; Tropp, 2002; Eiff et al., Hintermann, 1999); - douleur et #inflammation (Liu et Jason, 1994; Hintermann, 1999; Ng et De, 2007); - une perte de #force (Kaminski et Hartsell, 2002); - des entorses récurrentes (Konradsen et al., 2002; 2001); - une instabilité fonctionnelle (Eiff et al., 1994; Fong et al., 2007); - un sentiment d'#insécurité lors de la #course ou de la #marche, - et /ou la présence de #douleur parfois non associée à des épisodes traumatiques (Monaghan et al., 2006). La #prévention joue un rôle important dans le domaine du sport. La littérature soutient la prévention comme le meilleur traitement chez les athlètes à haut niveau souffrant d'instabilité chronique de la cheville, même s'il n'existe pas de référence absolue.

« En médecine, gold standard est utilisé dans un sens bien précis, puisqu'il désigne la méthode ou l'examen de référence qui, dans les essais cliniques, est l'étalon de comparaison »

L'entraînement #neuro-#musculaire est efficace à court terme pour l'instabilité chronique de la cheville, mais les effets à long terme de cette intervention restent flous (deVries et al.,2011). L'absence d'un gold standard (test de référence ou gold standard, diagnostic) peut être notée dans les avis contrastés donnés par deux directives récentes.


Martin (2013) a indiqué que les thérapeutes devraient inclure les traitements et procédures suivantes :

- la thérapie manuelle visant à augmenter la dorsi #flexion de la cheville, - la #proprioception - les exercices de mise en #charge chez les patients se remettant d'une entorse latérale.