Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

L’ostéopathie soulage les symptômes somatiques de la dépression

Dernière mise à jour : 14 mai 2020


La #dépression est une aversion à l'activité qui se caractérise par un sentiment de tristesse, solitude, de l'anxiété, une perte d'appétit ou de consommation excessive qui entraîne des dysfonctionnements somatiques tels que l’#insomnie, un #sommeil excessif, des #douleurs corporelles, une apathie, un syndrome du #côlon #irritable.


Pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression devrait devenir la 2ème cause d'invalidité dans le monde d'ici 2020.


La prise en charge classique des symptômes somatiques (ou physiques) est basée principalement sur la prise de médicaments et une aide psychologique (psychothérapies). Or récemment dans la revue de médecine Indian Journal of Psychological Medicine un article intitulé "Efficacy of Myofascial Unwinding and Myofascial Release Technique in a Patient with Somatic Symptoms – A Case Report " a été publié où des chercheurs ont testé chez une patiente l'efficacité de l'#ostéopathie pour traiter les effets physiques et mentaux de la dépression somatique et plus particulièrement, ses techniques #myofaciales (relâchement myofascial - MFR et de déroulé (#déblocage) myofascial - MFU).


En effet, le modèle #psycho-comportemental du traitement ostéopathique cherche à influencer les conditions mentales et émotionnelles, en particulier le #stress et l'#anxiété, en ciblant les emplacements anatomiques associés. Cette femme de 39 ans, diagnostiquée dysthymique avec perte d'intérêt pour les activités quotidiennes, des #palpitations, une fatigabilité, une diminution de l'#appétit, une insomnie, d'#humeur sombre, ainsi que des douleurs corporelles et de l'apathie, a été évaluée initialement par deux échelles. L'échelle d'évaluation de la dépression d'Hamilton (Hamilton Depression Rating Scale), très utilisée pour évaluer l'efficacité des antidépresseurs, fortement chargée en facteur somatique.


L'échelle de qualité de vie mesurée par le questionnaire court (Quality of Life Enjoyment and Satisfaction Questionnaire) qui évalue les plaisirs et satisfactions dans la vie. Son traitement médicamenteux était constitué d'#antidépresseur, d'#anxiolytique, d'inhibiteurs de la pompe à protons, d'anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Depuis 3 ans, non seulement elle n'eu aucun soulagement durable mais surtout, elle avait signalé une aggravation des symptômes pendant les 2 derniers mois.

L'examen ostéopathique avait mis en évidence :


- une mobilité restreinte de la base #sacrée, des sutures lambdoïde et sagittale

- une asymétrie et une restriction du mouvement diaphragmatique dans les régions hypogastrique et épigastrique

- une limitation de l'amplitude des mouvements ainsi qu'une douleur au niveau du #thorax et des #cervicales


Le traitement ostéopathique (20 min 3 fois/sem durant 4 sem) :


- libération du diaphragmes #pelvien - libération du #diaphragme #abdominal - libération du défilé thoraco-brachial - libération du diaphragme hyoïdique - libération des fascias du cou - libération de l'articulation atlanto-occipitale (ou occipito-atloïdienne) - libération du #sacrum


Un balancement de la dure-mère a été incorporé pour influencer la mobilité crânio-sacrée. La composante somato-émotionnelle a été ciblée plus spécifiquement en utilisant la technique de déroulé myofaciale (MFU).

La technique du #relâchement myofascial (MFR) est considérée comme un traitement #efficace pour relâcher les #fascias du corps, entraîner une diminution des #douleurs, améliorer la #mobilité, la #posture. La #technique de relâchement myofascial stimule les mécanorécepteurs intrafasciaux dont les signaux sont traités par le système nerveux central (SNC) et le système #nerveux autonome (SNA), déclenchant ainsi le processus de déroulement, de libération myofasciale.


Selon certains auteurs, le relâchement fascial au niveau du #diaphragme #pelvien pourrait induire le #sommeil en améliorant la sécrétion de sérotonine par les plaquettes.


Les niveaux d'#anxiété et de #stress entravent les propriétés #mécaniques du tissus fascial en affectant la synthèse et le métabolisme des protéoglycanes