Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

Hypnose conversationnelle, communication thérapeutique pour la douleur, relation patient, l’anxiété

Dernière mise à jour : 6 avr. 2020


Nous avons voulu évaluer l’impact de la sensibilisation du personnel soignant à la communication thérapeutique sur l’amélioration de l’accueil du patient au bloc opératoire en chirurgie ambulatoire.


Méthode


Il s’agit d’une étude d’impact prospective, monocentrique, réalisée en chirurgie ambulatoire.


- Lors de la première phase, un questionnaire était effectué par l’infirmier(ère)-anesthésiste à l’arrivée du patient, permettant d’évaluer sur une échelle numérique simple le confort (ENSc) et la satisfaction et de calculer un score de communication négative (“CN”).


- Pendant la deuxième phase, le personnel soignant a été sensibilisé à la communication thérapeutique, consistant en partie en l’écoute, l’empathie et l’utilisation de formulations positives, après visionnage des vidéos pédagogiques.


- Pendant la troisième phase, après sensibilisation du personnel, le questionnaire a de nouveau été effectué.


Les variables quantitatives (critère de jugement principal représenté par le nombre de patients ayant un score CN ≥ 5, ENSc, satisfaction) et qualitatives ont été comparées avant et après la phase de sensibilisation à la communication thérapeutique.


Résultats


Au total, 234 patients ont été inclus (109 avant et 125 après). Après sensibilisation du personnel à la communication thérapeutique, le score CN ≥ 5 a significativement diminué de 20 % à 6 %, ainsi que l’ENSc médiane [P25-P75] avant (8 [8-9] vs 8 [7-8]) et après (8 [8-9] vs 8 [7-8]) l’anesthésie. Le pourcentage de patients moins anxieux avant de commencer l’anesthésie était significativement supérieur après communication thérapeutique (32 % vs 17 %). La satisfaction a significativement augmenté après la phase de sensibilisation (8 [7-10] vs (9 [8-10]).


Conclusion


Cette étude préliminaire montre une amélioration modeste du confort et de la satisfaction des patients grâce à la communication thérapeutique. Un essai randomisé contrôlé est cependant nécessaire pour confirmer ces résultats.




L’#anxiété préopératoire est connue et décrite de longue date, pouvant atteindre jusqu’à 40 % des patients voire plus avant chirurgie.1-3 Elle est une source d’#inconfort pour le patient et peut affecter la qualité de l’#anesthésie ou de l’#analgésie postopératoire.2 Pour diminuer celle-ci, une approche médicamenteuse est souvent utilisée par les anesthésistes, avec la prescription d’une prémédication avant l’intervention.4 Cette approche est cependant actuellement controversée et son utilisation systématique tend à diminuer.5-7


D’autres approches non médicamenteuses sont également possibles et tendent à se développer actuellement afin d’améliorer l’accueil du patient au bloc opératoire.4,8,9


Parmi celles-ci, les techniques d’#hypnose et de #communication ont montré des résultats intéressants pour réduire l’anxiété préopératoire.10 La communication est un élément majeur de la relation de soin et les mots peuvent avoir un réel impact positif comme négatif sur les patients.11


En effet, l’utilisation de mots à connotation négative tels que “#douleur” ou “#anxiété” ou de négations telles que “Ne vous inquiétez pas” ou “Ne bougez pas” peut augmenter la douleur ou l’anxiété des patients par effet nocebo.12-14


À l’inverse, la communication thérapeutique, consistant outre l’écoute et l’#empathie en l’utilisation de mots ou formulations positives tels que “#confort”, “#sécurité” ou “ Soyez rassuré ”, permet une meilleure relation avec le patient et améliore son confort et son bien-être.15,16