Quand les mots font mal : la suggestion verbale l'emporte sur le conditionnement (placebo/nocebo)


Hypnose Saint-Nazaire | Cabinet de TOMBEUR

Cette étude vise à étudier le rôle dominant de la suggestion verbale ou du conditionnement dans l'induction d'une réponse placebo/nocebo dans le domaine moteur. En changeant le type de conditionnement (positif ou négatif) suite à la suggestion verbale, nous avons cherché à savoir si les participants étaient plus influencés par l'information verbale ou par le conditionnement.



Les effets #placebo et #nocebo consistent respectivement en l'amélioration ou l'aggravation d'un état suite à l'administration d'un traitement inerte (Benedetti et al., 2003 ; Montgomery & Kirsch, 1997). Les deux principaux mécanismes à la base de ces effets sont l'attente et l'apprentissage (Benedetti et al., 2003 ; Colloca, Petrovic, Wager, Ingvar,& Benedetti, 2010 ; Colloca, Sigaudo, & Benedetti, 2008 ; Voudouris, Peck, & Coleman,1990).


Ces mécanismes peuvent être induits de différentes manières : la #suggestion verbale est une méthode largement utilisée pour induire une attente, tandis que le conditionnement est généralement utilisé pour induire un apprentissage. La suggestion verbale est constituée de tous les mots utilisés pour décrire les effets d'un traitement qui peuvent créer des attentes positives ou négatives quant au résultat suivant, influençant ainsi le résultat réel.


D'autre part, le conditionnement consiste en une exposition préalable à l'effet d'un traitement. Par exemple, après des associations répétées entre l'ingestion d'un médicament et l'expérience de son effet, il est possible d'obtenir le même résultat en administrant un médicament inerte qui ressemble au médicament actif. La durée de ce processus d'apprentissage peut affecter la force du résultat, ce qui met en évidence le rôle clé de l'expérience antérieure (Colloca et al., 2010).


Malgré le rôle central de la suggestion verbale et du conditionnement dans les effets placebo et nocebo, seules quelques études ont tenté de démêler leur contribution distinctive (Montgomery & Kirsch, 1996 ; Price et al., 1999 ; Stewart-Williams,2004).


Linde et ses collaborateurs (2007) ont étudié le rôle de l'espérance chez différents patients traités par l'acupuncture et ont démontré que les patients ayant des attentes élevées quant au bénéfice du #traitement avaient plus de chances d'obtenir un meilleur résultat non seulement à la fin de la séance d'#acupuncture, mais aussi lors du suivi (Linde et ses collaborateurs, 2007).


Bartels et al. (2014) ont tenté d'évaluer le rôle de la suggestion verbale, du conditionnement ou de la combinaison des deux dans l'induction d'une réponse placebo ou nocebo au niveau de la démangeaison. Les auteurs ont confirmé que la combinaison de la suggestion verbale et du conditionnement induit des effets placebo et nocebo plus forts et plus durables que la suggestion verbale ou le conditionnement seul (Bartels et al., 2014).


Dans le droit fil de cette étude, Reicherts, Gerdes, Pauli et Wieser (2016) ont constaté une interaction suradditive entre l'attente induite par la suggestion et l'expérience par le biais du conditionnement classique, probablement en raison d'attentes renforcées (Reicherts et al., 2016).


Il est à noter que dans la plupart des études, la suggestion verbale et le conditionnement étaient appliqués dans le même sens (soit positif soit négatif), et le conditionnement était souvent exploité pour renforcer les effets de l'attente induite verbalement. Inversement, on sait peu de choses sur les effets distincts de la suggestion verbale et du conditionnement lorsqu'ils ne sont pas congruents.


Pour résoudre ce problème, nous avons utilisé un nouveau modèle factoriel dans lequel la suggestion verbale et le conditionnement peuvent être soit congruents (positifs ou négatifs), soit incongruents (un positif et un négatif).


L'hypothèse est que si la suggestion verbale prévaut sur le conditionnement, alors les participants devraient montrer des effets placebo ou nocebo en suivant des instructions verbales spécifiques (indépendamment du conditionnement vécu) ; inversement, si le conditionnement prévaut, alors les effets placebo et nocebo devraient suivre une phase de conditionnement spécifique (indépendamment de l'information verbale antérieure).


Enfin, si la suggestion verbale et le conditionnement sont également équilibrés dans la détermination des effets placebo et nocebo, alors nous ne devrions trouver un effet que lorsqu'ils sont congruents. La littérature existante suggère que les effets nocebo peuvent être induits par une simple suggestion verbale, alors que les effets placebo sont plus forts si une procédure de conditionnement congruente est appliquée (Colloca & Benedetti, 2006 ; Colloca, Sigaudo, & Benedetti, 2008 ; Colloca, Tinazzi, et al., 2008 ; Jensen et al., 2012).


Sur la base de ces connaissances, nous avons prévu que la suggestion verbale devrait prévaloir sur le conditionnement dans une procédure nocebo et vice versa ; le conditionnement devrait prévaloir sur la suggestion verbale dans une procédure placebo.


Pour avoir une image complète de ces effets, nous avons pris en compte non seulement des paramètres comportementaux et sous-jectifs, mais aussi des mesures neurophysiologiques, en enregistrant l'activation du système corticospinal par stimulation magnétique transcrânienne (SMT) sur le cortex moteur primaire (M1).


En particulier, des études antérieures ont montré que l'amplitude des potentiels évoqués moteurs (MEP) et la durée de la période de silence corticale (CSP) enregistrées dans une tâche de force sont modulées différemment par des procédures placebo et nocebo (Emadi Andani, Tinazzi, Corsi, & Fiorio, 2015 ; Fiorio, Emadi Andani, Marotta & Tinazzi, 2014).


Alors que la première procédure a induit une augmentation de l'amplitude des potentiels évoqués moteurs et un raccourcissement de la durée de la période de silence corticale (Fiorio et al., 2014), la seconde a induit un raccourcissement de la durée de la période de silence corticale avec une amplitude des potentiels évoqués moteurs stables (Emadi Andani et al.,2015).


Ces résultats ont été interprétés comme une variation du volume des circuits corticospinaux excitateur (représenté par la MEP) et inhibiteur (représenté par la CSP) dans les effets placebo et nocebo. Par conséquent, conformément à ces preuves, nous avons prévu un raccourcissement du CSP, quelle que soit la procédure adoptée, et une modulation spécifique de l'amplitude du MEP dans la procédure placebo congruente.



La perception et le comportement sont fortement influencés par les informations verbales transmises par les autres individus (par exemple, la suggestion verbale) et par l'apprentissage (par exemple, le conditionnement).


Cette influence est bien représentée par les effets #placebo et #nocebo, dans lesquels une #suggestion verbale positive associée à un #conditionnement positif induit des résultats bénéfiques (effet placebo), alors que l'inverse est vrai pour la contrepartie négative (effet nocebo).


Il n'est pas encore clair si la suggestion verbale et le conditionnement exercent des rôles distincts en influençant la perception, le comportement et l'activité du système moteur lorsqu'ils se produisent dans des directions opposées. À cette fin, cinquante-trois volontaires sains ont été répartis en quatre groupes caractérisés par une suggestion verbale et un conditionnement congruents ou non congruents. Les participants ont été invités à effectuer une tâche de force motrice en appuyant le plus fortement possible sur un piston.


Une stimulation magnétique transcrânienne (TMS) sur la zone du cortex moteur primaire a été utilisée pour enregistrer les potentiels évoqués moteurs (MEP) et la période de silence corticale (CSP) du muscle impliqué dans la tâche.


Nous avons constaté que la suggestion verbale négative contrecarrait le conditionnement positif et induisait un sentiment de faiblesse, d'effort et de diminution de la force. L'amplitude des potentiels évoqués moteurs était stable, alors que la durée de la période de silence corticale a diminué dans tous les groupes tout au long de la procédure, indiquant l'implication des circuits inhibiteurs corticaux, indépendamment du type de suggestion verbale ou de conditionnement.



" Les résultats ont montré que la suggestion verbale est susceptible d'avoir un rôle prépondérant dans la détermination d'une dégradation des performances motrices (effet nocebo). Conformément aux résultats de nos travaux précédents, nous avons constaté une diminution de la production de force et de la perception de la force et une augmentation du sens de l'effort dans la session finale par rapport à la session de base suite à une suggestion verbale négative... "


" La nouvelle et intéressante conclusion de la présente étude est que ces effets étaient indépendants du type de conditionnement, puisqu'ils se produisaient à la fois avec un conditionnement négatif et positif (verb-cond-, verb-cond+). Cela indique que la suggestion verbale négative peut surmonter le conditionnement positif en induisant des effets de nocebo moteur et laisse entendre que la suggestion verbale joue un rôle plus important que le conditionnement dans l'influence du comportement et de la perception... "


Nos résultats mettent en évidence un rôle prépondérant de la suggestion verbale sur le conditionnement dans la détermination d'une aggravation (effet nocebo) mais pas d'une amélioration (effet placebo) des performances motrices. Ces résultats suggèrent que les mots associés aux #traitements doivent être choisis avec soin pour éviter des résultats négatifs, en particulier dans les milieux #sportifs et #cliniques.



" la suggestion verbale négative peut surmonter le conditionnement positif en induisant des effets de nocebo moteur et laisse entendre que la suggestion verbale joue un rôle plus important que le conditionnement dans l'influence du comportement et de la perception. Cette idée est soutenue par une étude récente qui montre que lorsque les participants sont conscients de l'inefficacité d'une aide ergogénique sur les performances physiques, il n'y a pas d'effet placebo sur le résultat moteur même s'ils ont été préalablement conditionnés de manière positive "

(Carlino, Benedetti, & Pollo, 2014)




De plus, une étude sur la douleur a montré que la suggestion verbale négative peut contrecarrer l'analgésie placebo induite par un conditionnement positif avec un médicament analgésique (Benedetti et al., 2003).


Des études antérieures ont également montré que les effets nocebo sont plus faciles à induire, nécessitent une phase de conditionnement plus courte et durent plus longtemps que les effets placebo (Colloca et al., 2010 ; Petersen et al., 2014 ; Reicherts et al., 2016).


Le rôle clé de la suggestion verbale dans l'induction d'un effet nocebo a déjà été démontré dans la douleur. Colloca, Sigaudo, & Benedetti (2008), Colloca, Tinazzi, et al., (2008) ont découvert que la suggestion verbale seule était capable d'induire la perception de la #douleur lorsque des stimulations tactiles étaient administrées (allodynie) et la perception d'une douleur élevée lorsque des stimulations douloureuses de faible intensité étaient administrées (hyperalgésie).


Par conséquent, les effets nocebo pourraient être induits par la simple suggestion verbale. Les mêmes auteurs ont démontré qu'une procédure de conditionnement semble être plus importante pour renforcer les effets placebo que les effets nocebo (Colloca, Sigaudo, & Benedetti, 2008 ; Colloca, Tinazzi, et al., 2008). Plus précisément, l'analgésie placebo était plus forte avec la suggestion verbale et le conditionnement qu'avec la seule suggestion verbale (Colloca, Sigaudo, & Benedetti, 2008 ; Colloca, Tinazzi, et al., 2008).



" Cette étude a renforcé l'importance de l'apprentissage dans l'influence de la réponse au placebo. Dans notre étude, nous n'avons pas trouvé d'effet du conditionnement positif en soi dans l'augmentation de la production de force. Il semble plutôt que la suggestion verbale joue également un rôle dans le contexte du placebo, bien que dans une moindre mesure que dans le contexte du nocebo. Plus précisément, la suggestion verbale positive a induit des niveaux de force plus élevés que la suggestion verbale négative dans la session finale, sans différence statistique entre la session de base et la session finale... "

Conclusion des auteurs


" Notre étude démontre clairement que la suggestion verbale joue un rôle prépondérant par rapport au conditionnement, notamment lorsqu'une détérioration des performances motrices est induite (effet nocebo). Par conséquent, les mots associés aux effets d'un traitement doivent être choisis avec soin afin d'éviter un résultat négatif. Cette observation peut avoir une signification " traductionnelle " importante, en particulier dans le contexte clinique où une aggravation de l'état du patient pourrait être induite par inadvertance par des mots inadaptés. Les recherches futures devraient inclure l'évaluation des traits de caractère pour démêler si les aspects psychologiques pourraient moduler différemment la manière dont les individus réagissent à une procédure de conditionnement incongrue..."


Corsi, N, Andani, ME, Sometti, D, Tinazzi, M, Fiorio, M. When words hurt: Verbal suggestion prevails over conditioning in inducing the motor nocebo effect.

Eur J Neurosci. 2019; 50: 3311– 3326.

HORAIRES 

Du Lundi au Samedi

de 7h00 à 20h00

  • Hypnose 44 Ostéopathe saint Nazaire
  • Twitter Icône sociale
  • Facebook ostéopathe Saint-Nazaire

© Cabinet de TOMBEUR

ADRESSE

Cédric de Tombeur

Ostéopathe & Hypnothérapeute

10 Rue Du Bois Savary
Saint-Nazaire 44600

 

Tél. 02 40 19 21 59

Cabinet de TOMBEUR | Ostéopathe Saint-Nazaire | Hypnose Saint-Nazaire