Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

La récupération efficace des dommages musculaires induits par le sport

Dernière mise à jour : 5 févr. 2020


Ostéopathe Saint Nazaire Cédric de Tombeur 10 rue du bois Savary 44600 Tél. 02 40 19 21 59

Les activités d’endurance (running, vélo, triathlon…) exigent une large implication des capacités physiques et #mentales des sportifs, tant à l’#entraînement que lors des #compétitions. Les nombreuses sollicitations hebdomadaires font de la récupération musculaire un facteur de la performance à part entière.


Il est bien documenté que les contractions de type excentriques qui impliquent la création d’une force sur un muscle allongé, entraînent des #dommages musculaires structurels, ce qui affecte les propriétés #contractiles.


Dans les jours suivant l’entraînement ces modifications structurelles sont classiquement accompagnées de perceptions physiologiques et subjectives de dommages musculaires nécessitant un délai de #récupération. La libération des enzymes musculaires dans le plasma et les sensations de douleur musculaire post-effort (DOMS), se produisent généralement suite à une sollicitation musculaire de type #excentrique et sont classiquement utilisés pour mesurer les dommages musculaires.


De plus, la baisse consécutive de la capacité maximale de production de force constitue un indicateur pertinent des dommages musculaires induits par l’exercice (DMIE).


De nombreuses stratégies sont proposées pour atténuer les effets délétères des dommages musculaires induits par l’exercice et améliorer la récupération telles que :


- la supplémentation nutritionnelle,

- les massages post-exercice ,

- les vêtements de compression,

- l’immersion dans l’eau ,

- la cryothérapie corps entier (CCE)

- l’exposition du corps à la chaleur…



L’Immersion dans l’eau froide


Les thérapies par immersion dans l’eau froide (de 4°C à 16°C) ou l’application locale d’un système de refroidissement (serviettes froides, gilets, packs de glace…) font partie des stratégies les plus récentes pour favoriser la récupération après des efforts d’endurance.


Quel que soit la technique utilisée, le principal effet bénéfique du froid lors de la récupération est la #vasoconstriction qui permet de limiter la perméabilité des vaisseaux et les processus #inflammatoires ce qui réduit les douleurs musculaires.



La Cryothérapie Corps Entier (CCE)


Sur la base de ces travaux, l’utilisation de la cryothérapie corps entier pour #soulager les #symptômes de douleur et d’inflammation a récemment été étudiée.


La CCE consiste en une exposition à un air froid (-110°C à -140°C) durant 3 à 4 minutes.


Des chercheurs comme Banfi et col. ont observé dans leur étude publiée dans Journal of Science and Medicine in Sport (Effects of the whole-body cryotherapy on NTproBNP, hsCRP and troponin I in athletes) des effets bénéfiques sur les DMIE après une séance quotidienne de cryothérapie corps entier durant 1 semaine chez des #joueurs de #rugby professionnels.


Les résultats indiquent une réduction significative des #enzymes musculaires (la créatine kinase CK et le lactate déshydrogénase : LDH) et des cytokines pro-inflammatoires dans le plasma, associée à une augmentation des cytokines anti-inflammatoires.


D’autres chercheurs ont rapporté qu’une seule séance de cryothérapie corps entier atténuait significativement l’#inflammation après un exercice intense composé principalement de #contractions #excentriques.