top of page
  • Photo du rédacteurCabinet de TOMBEUR

Préparation mentale et performances sportives


Préparation mentale Hypnose Saint-Nazaire de tombeur
Préparation mentale | Hypnose Saint-Nazaire

La préparation mentale améliore les performances sportives :

La préparation mentale est une technique psychologique utilisée dans divers domaines, y compris le sport, pour aider les individus à atteindre leurs objectifs en travaillant sur leur état d'esprit, leur concentration, leur confiance en eux et leur gestion du stress. Elle implique des stratégies mentales et émotionnelles pour améliorer la performance, renforcer la motivation et favoriser le bien-être mental.



Exemple d'utilisation de la préparation mentale dans le sport :


Un athlète de haut niveau se prépare mentalement avant une compétition importante. En plus de son entraînement physique intense, il travaille avec un psychologue du sport pour développer des techniques de préparation mentale. Il apprend à se visualiser réussissant dans la compétition, à se concentrer sur ses objectifs, à gérer le stress et à maintenir une attitude positive, même en cas de difficultés. Grâce à cette préparation mentale, l'athlète renforce sa confiance en lui et sa résilience, ce qui améliore sa performance globale lors de la compétition.



Le test de psychologie cognitivo-comportementale :


Hypnose EMDR saint nazaire cabinet de tombeur
Test de Stroop | Préparation mentale

Le test de Stroop est un test de psychologie cognitivo-comportementale qui évalue la capacité d'une personne à inhiber des réponses automatiques afin d'effectuer une tâche non automatique. Il est couramment utilisé pour évaluer la fonction exécutive du cerveau et l'aptitude à traiter l'information. Le test de Stroop implique généralement la lecture de noms de couleurs imprimés dans des encres de couleurs différentes. Par exemple, le mot "rouge" pourrait être imprimé en encre bleue. La tâche est de nommer la couleur de l'encre dans laquelle le mot est imprimé, et non le mot lui-même.


Cela crée un conflit entre la tâche automatique (lire le mot) et la tâche non automatique (nommer la couleur de l'encre), ce qui rend le test de Stroop sensible aux interférences et aux ralentissements cognitifs.


Un test de Stroop d'une durée de 30 minutes, comme mentionné dans le texte suivant est assez inhabituel. Les versions traditionnelles du test de Stroop ne durent généralement que quelques minutes. Un test de Stroop de 30 minutes est adapté et prolongé à des fins de recherche spécifiques dans l'étude mentionnée.


Les discours d'auto-motivation atténuent l'impact nocif de la fatigue mentale sur la performance en endurance.


Dans le domaine du sport, les athlètes peuvent s'entraîner ou compétitionner avec un certain degré de fatigue mentale qui a un impact sur leur performance. La présente étude a examiné l'effet des discours d'auto-motivation stratégiques sur la performance en endurance chez des individus mentalement fatigués. Douze hommes en bonne santé ont effectué trois tests d'endurance à vélo à 80% de leur puissance maximale jusqu'à l'épuisement.


Deux conditions expérimentales (fatigue mentale [FM] et fatigue mentale plus discours d'auto-motivation [FM+DAM]) ainsi qu'une condition témoin (CT) ont été établies.


La fatigue mentale a été induite par une tâche de Stroop de 30 minutes ; un électroencéphalogramme du cortex cérébral frontal a été continuellement surveillé. L'état affectif et l'effort perçu ont été enregistrés lors de chaque session, et la charge de travail subjective a été mesurée après les essais d'endurance.


La densité spectrale de puissance dans la bande theta était significativement plus élevée dans les deux conditions expérimentales (FM et FM+DAM) par rapport à la CT, sans différences significatives entre FM et FM+DAM. La performance en endurance était significativement plus faible en FM (227 ± 63s) qu'en CT (329 ± 84s).


Cependant, les discours d'auto-motivation ont inversé l'effet délétère de la FM sur la performance en endurance, car dans FM+DAM (368 ± 139s), elle était significativement meilleure que FM et non significativement différente de la CT. Les scores de mécontentement et d'effort perçu étaient similaires à la fin de l'exercice et présentaient un taux d'augmentation similaire entre les conditions.


La demande mentale après l'exercice était significativement plus élevée en FM qu'en CT. Ces résultats suggèrent que les discours d'auto-motivation atténuent l'effet négatif de la FM sur la performance en endurance en raison d'une plus grande implication dans la tâche.


Résumé grand public : Cette étude a examiné dans quelle mesure l'utilisation délibérée et planifiée de mots-clefs pour renforcer la motivation (c'est-à-dire les discours d'auto-motivation) influençait la performance en endurance chez les individus mentalement fatigués. L'impact nocif de la fatigue mentale sur la performance en endurance a été atténué en utilisant des discours d'auto-motivation pendant l'exercice de vélo.


IMPLICATIONS PRATIQUES


Les discours d'auto-motivation stratégiques peuvent être utilisés pour atténuer l'effet nocif de la fatigue mentale sur la performance en endurance.


Les discours d'auto-motivation peuvent être utilisés pour réduire la perception de l'effort des athlètes et le sentiment de mécontentement pendant les entraînements et les compétitions d'endurance à haute intensité."


 

Luana L. Cabral, Caroline K. da Silva, Denis Delisle-Rodriguez, Adriano E. Lima-Silva, Evangelos Galanis, Maurizio Bertollo, Antonis Hatzigeorgiadis, John J. Villarejo-Mayor & Gleber Pereira (2023) Motivational self-talk mitigates the harmful impact of mental fatigue on endurance performance, Journal of Applied Sport Psychology,

DOI: 10.1080/10413200.2023.2208643


 

Motivational self-talk mitigates the harmful impact of mental fatigue on endurance performance


In sports, athletes might train or compete with some degree of mental fatigue that has an impact on performance. The present study investigated the effect of strategic motivational self-talk on endurance performance in mentally fatigued individuals. Twelve healthy men performed three cycling endurance tests at 80% peak power output until exhaustion. Two experimental conditions (mental fatigue [MF] and mental fatigue plus motivational self-talk [MF + M−ST]) and a control condition (CO) were set out. Mental fatigue was induced via 30 min Stroop task; an electroencephalogram of the frontal cerebral cortex was continually monitored. Affective state and perceived exertion were recorded during each session and subjective workload after the endurance exercise trials. Theta band power spectral density was significantly higher in both experimental condition (MF and MF + M−ST) compared to CO, without significant differences between MF and MF + M−ST. Endurance performance was significantly worse in MF (227 ± 63s) than in CO (329 ± 84s). However, motivational self-talk reversed the deleterious effect of MF on endurance performance as in MF + M−ST (368 ± 139s) it was significantly better than MF and not significantly different from CO. Displeasure and perceived exertion scores were similar at the end of exercise and presented similar rate of increase among conditions. Mental demand after exercise was significantly greater in MF than in CO condition. These results suggest that motivational self-talk mitigates the negative effect of MF on endurance performance due to an elevated engagement with the task.


Lay summary: This study examined to what extent the deliberate and planned use of cue words to enhance motivation (i.e., motivational self-talk), influenced endurance performance in mentally fatigued individuals. The harmful impact of mental fatigue on endurance performance was mitigated by using motivational self-talk during cycling exercise.


IMPLICATIONS FOR PRACTICE Strategic motivational self-talk can be used to mitigate the harmful effect of mental fatigue effect on endurance performance. Motivational self-talk can be used to slow down the athletes’ perceived exertion and the feeling of displeasure during high-intensity endurance training and competitions.

Comments


bottom of page