Soyez libre de vous abonner

  • Cabinet de TOMBEUR

Une blessure d'épaule fréquente chez les sportifs : la luxation acromio-claviculaire

Dernière mise à jour : 1 avr. 2020


Interventions chirurgicales par rapport au traitement conservateur pour le traitement des dislocations acromio-claviculaires de l'épaule chez l'adulte | La luxation de l'articulation acromio-claviculaire est l'une des blessures à l'épaule les plus fréquentes dans une population sportive active. La question du recours à la chirurgie reste sujette à débat...



Ceci est un résumé de la recherche sur les effets de la chirurgie par rapport aux méthodes de traitement non chirurgicales (conservatrices) pour traiter la luxation de l’articulation acromio-claviculaire.

L'articulation acromio-claviculaire se situe dans la partie supérieure de l'épaule. C'est l'articulation entre la clavicule et l'acromion (projection de l'omoplate située à la pointe de l'épaule).


La #luxation de l'articulation acromio-claviculaire est l'une des blessures à l'épaule les plus courantes dans une population sportive active.


Il s'agit d'une blessure d’épaule fréquente chez les cyclistes et les pratiquants de sports de contact tels que les #footballeurs, les #boxeurs et les pratiquants d'arts #martiaux.


La luxation se produit généralement chez des hommes jeunes qui tombent et subissent un impact direct sur le haut de l'épaule.


La plupart des luxations acromio-claviculaires sont traitées sans chirurgie, en particulier celles dont la séparation entre les os est moins importante.


Le traitement non chirurgical ou conservateur implique l'immobilisation du bras. Cependant, le résultat peut être moins satisfaisant lorsqu'une luxation plus grave se produit.


Les traitements chirurgicaux consistent à repositionner les parties articulaires et à réparer ou reconstruire les ligaments rompus.


Résultats de la recherche


Nous avons effectué des recherches dans les bases de données médicales jusqu'en juin 2019 et nous avons inclus six essais auxquels ont participé 357 participants, principalement de jeunes hommes adultes.


Toutes les études ont comparé la fixation chirurgicale (à l'aide de vis, de plaques, de broches ou d'autres dispositifs pour stabiliser l'articulation luxée) avec une méthode conservatrice (immobilisation avec l'un des trois types d’écharpe ou une attelle spécialement conçue).


Dans tous les essais, le #bras était également soutenu dans une écharpe ou un dispositif similaire après l'intervention chirurgicale. Dans les cas décrits, les deux groupes avaient une réadaptation basée sur l'exercice.


Principaux résultats


Nous avons constaté que la chirurgie par rapport au traitement conservateur pourrait ne pas améliorer la fonction de l'#épaule, le retour aux activités antérieures (#sport et travail), ou la qualité de vie à un an.


Nous avons trouvé des données probantes indiquant qu'à six semaines, ces critères de jugement pourraient avoir de meilleurs résultats après un traitement conservateur, ce qui indique un rétablissement plus rapide. Il n'est pas clair s'il existe une différence entre la chirurgie et le traitement conservateur de la douleur à un an, l'échec du traitement entraînant habituellement une chirurgie secondaire, ou le mécontentement du patient face à l'apparence de son épaule.


La revue a révélé plus de complications dans le groupe chirurgie, qui étaient principalement liées au matériel chirurgical ou à l'infection causée par la chirurgie.


En revanche, les complications dans le groupe traité de façon conservatrice étaient principalement de l'inconfort. Le risque de telles complications variait parmi les six études et dépend probablement du type de chirurgie utilisée. Les complications chirurgicales étaient plus fréquentes dans les essais plus anciens, qui utilisaient des types de chirurgie rarement utilisés aujourd'hui.