Ostéopathe du Sport 44
Aug 3, 2017

Comment combattre au mieux un mal de dos ? 

0 comments

Edited: Aug 3, 2017

La prise en charge des douleurs lombaires nécessite à la fois une approche physique et psychosomatique.

 

Souffrir du dos lamine, physiquement et moralement... Courber l’échine, serrer les dents, rentrer la tête dans les épaules sont autant de réactions courantes au stress qui affectent la posture et engendrent fatigue avec des douleurs envahissantes.

 

L’idée est de rompre la spirale: retrouver une forme physique et psychique tout en soulageant les tensions. Aussi, sauf exceptions nécessitant une intervention, le repos total n’est plus une indication pour traiter les douleurs dorsales, surtout les lombalgies (70 % des cas). Pour les thérapeutes manuels, il s’agit au contraire de relancer la mécanique corporelle tout en luttant contre la sédentarité qui favorise et renforce les maux de dos...

 

Libérer les zones de tension

 

Ainsi, l’ostéopathe «débloque» mécaniquement et dénoue les tensions. «Il remet en place les capteurs posturaux du corps (yeux, occlusion dentaire, appui des pieds, oreille interne)...

 

Le chiropracteur, lui, travaille à libérer les zones clés de tension pour relancer le système nerveux. «...le système nerveux manque d’énergie pour réguler la digestion, la respiration ou le sommeil, d’où une fatigue accrue»...

 

Comment combattre au mieux un mal de dos ? 

 

New Posts
  • Ostéopathe du Sport 44
    Mar 10

    Le #microbiote et son dysfonctionnement sont impliqués dans de nombreuses #maladies. Beaucoup d’études chez la souris et l’homme tendent à démontrer leur rôle dans les #rhumatismes inflammatoires. Dans la #polyarthrite #rhumatoïde (PR), Prevotella copri, une bactérie Gram négatif de la flore intestinale, se retrouve de façon prépondérante aux stades précoces de la maladie. Des #anticorps spécifiques contre ce germe ont pu être mis en évidence chez les patients avec une PR, suggérant une implication dans l’initiation de la maladie. Les micro-organismes oraux impliqués dans la #parodontite ont également été associés au développement et à l’activité de la PR. Ces découvertes permettent d’envisager de nouvelles pistes thérapeutiques. INTRODUCTION La pathogenèse de la polyarthrite rhumatoïde (PR) fait intervenir une interaction complexe entre gènes et environnement qui aboutit à une perte de tolérance immune. Ceci est par exemple bien connu pour l’association entre l’épitope partagé (séquences particulières des gènes codant pour la région de classe II du complexe majeur d’histocompatibilité, intervenant dans la présentation de l’antigène aux cellules TCD4) et le tabac. Pris individuellement, ces facteurs n’augmentent que très peu le risque de développer une PR, alors que lorsqu’ils sont présents conjointement, ce risque est fortement multiplié. A l’instar de ce modèle, une modification de la composition du #microbiote (ou dysbiose) chez des individus prédisposés pourrait activer l’immunité innée et adaptative et déclencher la maladie. Il semble que le microbiote #digestif peut être influencé par des #régimes ou des changements d’habitude alimentaire. Il n’est pas impossible que l’effet bénéfique de certains régimes #alimentaires, fréquemment rapporté par nos patients, passe par une modification du microbiote digestif. Selon une étude récente, menée sur 217 sujets atteints de PR, plus d’un quart des malades rapporte une influence de l’alimentation sur l’activité de la maladie.3 QU’EST-CE QUE LE MICROBIOTE ? Le microbiote est constitué par l’ensemble des micro-#organismes qui colonisent le corps humain. Le plus connu et le plus étudié est celui de la flore intestinale qui totalise à lui seul 1014 bactéries. Sa composition varie selon les individus (sexe, génétique) et se détermine dans les premières années de vie (mode d’#accouchement, #allaitement, alimentation). Elle reste ensuite relativement stable chez un même individu au cours du temps, si les facteurs environnementaux sont constants (alimentation, traitements antibiotiques, maladies). Le microbiote digestif exerce des fonctions essentielles, notamment métaboliques, dans la digestion et l’absorption de certains aliments. Il fonctionne également comme barrière physique et immunologique. (...) CONCLUSIONS A l’instar de beaucoup d’autres maladies chroniques, l’étude du microbiote fait émerger un lien important entre son dysfonctionnement et le développement de l’inflammation dans les rhumatismes inflammatoires. Les mécanismes physiopathologiques font possiblement intervenir un mimétisme moléculaire chez des individus génétiquement prédisposés. P. copri semble jouer un rôle pathogénique important dans la PR. De nouveaux autoanticorps spécifiques à la PR associés à ce germe ont été mis en évidence et s’ajouteront peut-être aux outils diagnostiques actuels. Ces découvertes impliquent également de nouvelles pistes thérapeutiques, notamment certains probiotiques adaptés aux types de microbiotes de chaque malade... Implications pratiques ▪ La recherche récente suggère un rôle pathogène du microbiome digestif dans le développement de la polyarthrite rhumatoîde. Plus spécifiquement la surreprésentation d’une bactérie de la flore intestinale, Prevotella copri , est retrouvée chez les malades avec une production d’anticorps spécifiques contre ce germe ▪ Ces découvertes et d’autres permettent d’envisager de nouvelles pistes thérapeutiques dans l’avenir " Microbiotes et rhumatismes inflammatoires - Revue Médicale Suisse ":
  • Ostéopathe du Sport 44
    Oct 13, 2017

    " ... les personnes souffrant d'acouphènes, ces bourdonnements que l'on perçoit alors qu'il n'y a pas de bruit, ont un cerveau qui n'est jamais tout à fait au repos... " ... les chercheurs ont montré qu'une aire cérébrale située à l'arrière du cerveau, le précunéus, est particulièrement impliquée. Cette aire cérébrale est connectée à deux réseaux cérébraux antagonistes : celui de l'attention, qui s'active lorsqu'on prête attention à quelque chose. Et celui qui, par défaut, est activé lorsqu'on laisse ses pensées vagabonder. Quand l'un s'active, l'autre s'étend. Et inversement. Une attention exacerbée « Or, chez les personnes souffrant d'acouphènes, nous avons observé que le précunéus est plus connecté au réseau de l'attention et moins connecté au réseau par défaut », explique Sara Schmidt. Ce qui signifie que, même quand leur cerveau est au repos, leur précunéus ne l'est pas vraiment. Leur attention étant exacerbée, cela pourrait expliquer aussi pourquoi les acouphènes les dérangent tant. L'origine des acouphènes se précise https://www.science-et-vie.com/ Le 11 oct 2017 à 12h49 mis à jour 11 oct 2017 à 16h37.
  • Ostéopathe du Sport 44
    Oct 1, 2017

    Lien entre la gravité des troubles temporo-mandibulaires et la fréquence des maux de tête chez les femmes atteintes de migraine: une étude transversale Dans une étude, les chercheurs de la Faculté de médecine de Ribeirão Preto de l'Université de São Paulo (FMRP-USP), au Brésil, constatent que plus les crises migraineuses sont fréquentes, plus le trouble temporo-mandibulaire ou le TMD sera sévère. L'articulation temporo-mandibulaire agit comme une charnière coulissante reliant la mâchoire au crâne, les symptômes du trouble incluent la difficulté à mâcher et une tension de l’articulation... Association Between Severity of Temporomandibular Disorders and the Frequency of Headache Attacks in Women With Migraine: A Cross-Sectional Study Florencio, Lidiane Lima et al. Journal of Manipulative & Physiological Therapeutics , Volume 40 , Issue 4 , 250 - 254
HORAIRES 

Lundi au Samedi

7.00am - 19.00pm

  • Ostéopathe Saint Nazaire Cédric de Tombe
  • ostéopathe saint nazaire
  • Ostéopathe saint nazaire 44600

© Ostéopathe Saint-Nazaire

ADRESSE

Cédric de Tombeur

Ostéopathe Saint-Nazaire

10 Rue Du Bois Savary
Saint-Nazaire 44600

 

Tél. 02 40 19 21 59

CÉDRIC de TOMBEUR  Ostéopathe D.O  St-Nazaire